Émirats : Abou Dhabi est dans la course

L e voisin n’est pas en reste, comme en témoigne la relance de projets que l’on croyait tombés aux oubliettes. En janvier 2012, les appels d’offres sont ressortis du chapeau pour divers chantiers : le terminal aéroportuaire géant de Midfield, qui va doubler la capacité à 30 millions de passagers en 2017 (moyennant 7 milliards de dollars) ; les musées de Saadiyat Island, comme le Louvre, dont les travaux ont commencé cette année ; le mall de Yas Island (2 milliards). Khalifa Port (7 milliards), un site ultramoderne de conteneurs en eau profonde, a été inauguré en décembre. Comme Jebel Ali, à Dubaï, il est adossé à une énorme zone franche industrielle, la première pour l’émirat. Un métro et un tram relieront les nouveaux quartiers d’Abou Dhabi, parmi lesquels Al-Reem Island, où les travaux ont repris sur une vingtaine de tours. On est loin de la forêt de gratte-ciel, mais, déjà, les premiers quartiers chics prennent des airs de Dubaï, avec terrasses de café et boutiques branchées. Le long de la corniche, une dizaine de tours ont changé en trois ans l’horizon et l’aspect provincial d’une ville dont le parc immobilier date des années 1970.

Entre Al-Reem Island et la presqu’île d’Abou Dhabi, Al-Maryah Island « brandit » Sowwah Square, le nouveau quartier financier, avec ses quatre tours élégantes qui entourent un immeuble de verre trapézoïdal : le nouveau siège de la Bourse. Les autorités viennent de le déclarer zone franche, promettant, comme au DIFC, un tribunal d’arbitrage indépendant. Plus loin, en direction de Dubaï, sur Yas Island avec son circuit de Formule 1, deux grands parcs d’attractions et le plus grand espace de concert, c’est le chantier du deuxième plus grand mall de la région.

Déjà Membre ?

Email : Mot de passe :