Population : le nombre, atout et défi pour l’Afrique

Le continent comptera 2,435 milliards d’habitants en 2050, contre 1,1 aujourd’hui, selon les projections biennales de l’Institut national d’études démographiques (Ined), publiées en octobre dernier. Cela représente un quart de la population mondiale, qui s’élèvera alors à 9,7 milliards de personnes, contre 7,1 aujourd’hui. Avec 444 millions d’habitants, le Nigeria restera en 2050 le pays le plus peuplé d’Afrique, tout en se plaçant à la 3e place au niveau mondial devant les États-Unis (400 millions). La quasi-totalité du continent verra sa population plus que doubler. La RDC, malgré une espérance de vie à la naissance actuelle d’à peine 48 ans, et l’Éthiopie, qui vont atteindre 182 et 178 millions d’habitants, seront les deux autres géants démographiques africains.

Une telle démographie laisse apparaître des possibilités immenses. Avec 174,9 millions d’habitants, le marché nigérian est déjà au centre de toutes les attentions des investisseurs internationaux. Cela va durer si la fameuse « classe moyenne » africaine, au sujet de laquelle l’Ined n’intègre aucune donnée, continue de croître. À côté des opportunités économiques, les problématiques liées à l’alimentation et aux infrastructures sautent aux yeux. Comment un pays sahélien comme le Niger, plus fort indice de fécondité au monde (7,6 enfants par femme) et déjà régulièrement frappé par des crises alimentaires, avec 16,9 millions d’habitants, parviendra-t-il à en nourrir 66 millions en 2050 ? Quant aux infrastructures, près de 90 milliards de dollars seraient nécessaires chaque année pour leur développement en Afrique, dont une quarantaine seulement pour l’énergie…

Face à ces questions, les pays seront inégaux. Les régions d’Afrique du Nord, dont la population ne passera « que » de 208 à 316 millions d’habitants, et l’Afrique australe (61 à 75 millions), paraissent mieux armées. Elles devront néanmoins, comme le reste du continent, mettre en oeuvre des politiques sociales (retraites, accès aux soins) pour des populations âgées (plus de 60 ans) dont le nombre, en hausse rapide, pourrait passer de 56 à 215 millions de personnes.

Déjà Membre ?

Email : Mot de passe :