Ngozi Okonjo-Iweala : la « femme à problèmes »

Ngozi Okonjo-Iweala : la « femme à problèmes »

Si elle a échouée dans la course à la présidence de la Banque mondiale, en 2012, Ngozi Okonjo-Iweala, alors directrice générale de l’institution multilatérale depuis 2007, y a fait une grande partie de sa carrière. Cette diplômée de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology de 59 ans l’a seulement brièvement quittée en 2003, pour devenir la première femme ministre des Finances du Nigeria, portefeuille qu’elle a retrouvé en juillet 2011. La nomination de cette dirigeante à poigne n’a pas fait que des heureux parmi l’élite de Lagos, habituée aux « arrangements » en tous genres. Pas étonnant qu’en yoruba on l’appelle « la femme à problèmes » ! Pour son pays, elle veut des infrastructures, mais entend aussi faire diminuer le poids de l’État dans l’économie, tout en luttant contre la corruption et en améliorant la collecte d’impôts. Une tâche immense qui ne l’effraie pas.

Déjà Membre ?

Email : Mot de passe :