4 questions à HELLE RASMUSSEN Directrice de la logistique des projets miniers chez Bolloré Africa Logistics

« Nous travaillons avec des compagnies dont les projets répondent à des normes et des standards de qualité internationaux »

AMB : Quelle est votre appréciation du potentiel minier de l’Afrique ?

Il est important et le marché représente une réelle possibilité de développement sur l’ensemble du continent, même si l’on observe ici et là un cycle plus long pour obtenir des licences d’exploitation. Il n’est pas un pays qui ne recèle dans son sous-sol des ressources, mais tous n’ont pas pris la décision de les exploiter. Ce qui est certain, c’est que des projets miniers voient le jour, que ce soit en Afrique centrale, comme au Congo, ou encore en Afrique australe, comme au Mozambique, pour ne citer que ces deux exemples. Sans compter les pays qui exploitent déjà leurs richesses géologiques, comme la Zambie avec le cuivre.

Quels enseignements tirez-vous de votre propre activité sur le continent ?

En tant que logisticien, spécialiste des projets industriels liés au secteur des mines, notre entreprise intervient pour nos clients en amont du projet jusqu’à la livraison par camion des minerais vers un point de sortie, en général un port. Au cours des dernières années, nous avons su développer des compétences transversales et complémentaires, comme le développement du « corridor rail » au Mozambique. Ce pays va bâtir une infrastructure ferroviaire afin de permettre l’exportation de ses ressources en charbon. Au Congo-Brazzaville, nous avons également réussi à nous positionner sur un marché nouveau pour un minier sud-africain qui jusqu’alors ne s’était pas investi hors d’Afrique australe.

Est-on sorti de l’exploitation artisanale des gisements ?

Il est difficile de répondre à votre question dans la mesure où nous ne sommes pas du tout impliqués dans ce segment d’activité… Pour notre part, nous travaillons avec des compagnies minières dont les projets répondent à des normes et des standards de qualité internationaux.

Comment pallier le manque de compétences locales pour les industries extractives ?

Ce que je peux vous dire, c’est que tous les projets miniers que Bolloré Africa Logistics développe sur le continent sont portés en majorité par des ressources et des talents africains qui bénéficient, si nécessaire, d’une formation dédiée à ce secteur. Le transfert de compétences fait partie intégrante de notre ADN en Afrique depuis des décennies. Et dans le secteur des mines, où les procédures sont très rigoureuses, nous apportons un soin particulier aux normes de qualité, de sécurité, au management de projet, qui sont des garanties de succès d’un projet minier.

Déjà Membre ?

Email : Mot de passe :