HAMZA KABBAJ L’héritier bâtisseur

FILS D’INGÉNIEUR, lui-même formé à l’École nationale des ponts et chaussées en France et détenteur d’un MBA de l’University College de Londres, il est avec son frère et ses deux cousins l’un des quatre directeurs de la Société générale des travaux du Maroc (SGTM). Cet imposant groupe familial, fondé en 1971 par son père Ahmed et son oncle M’Hammed, respectivement président et directeur général, comptait 10 000 salariés et a généré 260 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013. La SGTM cherche à prendre son essor à l’international, avec des ambitions clairement africaines. Deux filiales ont été ouvertes en 2013 au sud du Sahara, l’une au Burkina Faso pour y bâtir deux barrages, et l’autre en Côte d’Ivoire, pour construire un pont à Bouaflé, près de Yamoussoukro. Hamza Kabbaj, qui est de tous les déplacements officiels du roi Mohammed VI en Afrique, veut faire passer, d’ici 2019, de 10 à 40 % la part des résultats nets réalisés hors du Maroc. Et ce, même si le carnet de commandes au Maroc ne désemplit pas…

Déjà Membre ?

Email : Mot de passe :