ELIAS ZERHOUNI UN MÉDECIN VISIONNAIRE

SON PARCOURS a de quoi étourdir. Diplômé de la faculté de médecine d’Alger, Elias Zerhouni rejoint, à 24 ans et sans le sou, l’hôpital universitaire Johns Hopkins aux États-Unis. Il veut faire de la recherche en imagerie médicale, un sujet jugé trop avant-gardiste par ses professeurs algériens. En quelques années, ses travaux utilisant la résonance magnétique révolutionnent le diagnostic du cancer, des maladies cardio-vasculaires et pulmonaires. Il crée plusieurs sociétés, dépose des brevets, enchaîne les postes à responsabilité. Directeur de la division IRM et vice-doyen de l’École de médecine de l’université américaine, il dirige le plus gros centre de recherche médicale américain de 2002 à 2008, le National Institutes of Health, qui bénéficie d’une dotation annuelle de 30 milliards de dollars. Élu membre de l’Académie nationale de médecine en 2010, il est recruté par Sanofi l’année suivante pour présider son pôle recherche et développement. Parmi ses nouveaux chantiers, les biotechnologies.

Déjà Membre ?

Email : Mot de passe :