BUSINESS REPORT

Le Cameroun à la recherche du temps perdu

Code attractif, programmes de cartographie des ressources géologiques, appels aux opérateurs étrangers… Le pays veut sortir de l’exploitation semi-artisanale. Devenir l’un des principaux acteurs miniers du Continent, c’est l’ambition affichée par le Cameroun qui entend relancer une activité qui tourne encore au ralenti. Il est vrai que, dix ans après la délivrance en 2003 du premier permis pour un gisement de cobalt-nickel-manganèse à l’entreprise Geovic, le secteur attend encore de passer du stade de l’exploitation semi-artisanale actuelle à une production plus industrielle.

L’emblématique affaires steinmetz

Cela ressemble à l’un de ces polars américains dans lesquels l’Afrique offre une toile de fond faite de corruption, de dictature et de coups tordus. Depuis plusieurs mois, le monde minier suit avec attention l’âpre bataille autour de Simandou, une montagne guinéenne où se trouve une gigantesque mine de fer inexploitée. Sa valeur ? Plus de 100 milliards de dollars, selon une estimation du Bureau américain de géologie.

Aluminium Le défi de la transformation

AVEC SES RÉSERVES impressionnantes de bauxite, la Guinée ne pourrait-elle pas aussi envisager de fabriquer de l’aluminium afin de maîtriser toute la chaîne de valeur ? « La question se pose pour une bonne partie de l’Afrique subsaharienne car on pourrait penser qu’un pays voisin de la Guinée pourrait s’approvisionner en bauxite et la transformer en aluminium », acquiesce un ancien cadre de Pechiney. Pour ce dernier, au-delà des problèmes de rentabilité liés à l’existence de surcapacités mondiales de production  générées notamment par l’émergence des producteurs du Golfe, c’est la question de la production d’énergie et de son coût qui se pose.

Trafic minerais du sang, le business des grands lacs

VÉRITABLE « SCANDALE GÉOLOGIQUE », la RD Congo dispose de minerais en abondance. Tout le problème des « minerais du sang », exploités dans des zones de conflit dans l’est du pays, tient au fait que les États voisins sont impliqués. « Il n’est pas prouvé que les exportations du Rwanda et du Burundi correspondent à leur production, explique Zobel Behalal, Camerounais, chargé du plaidoyer paix et conflit au CCFDTerre solidaire.

Sud-Kivu : l’exploitation « modèle » de Kalimbi

Tout espoir n’est pas perdu dans le dossier complexe des « minerais du sang » en provenance de l’est de la République démocratique du Congo. Lors d’une mission de parlementaires européens emmenée sur place par le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFDTerre solidaire), nous avons pu visiter une mine d’étain certifié « sans conflit ». Mais aussi nous rendre compte des limites du processus de certification, dans un contexte politique qui reste délétère.

Déjà Membre ?

Email : Mot de passe :